mercredi 22 février 2017

Le quintet à Dinan devant une salle pleine !

Après l'Olympia, sa foule en délire, son flicage, ses interdictions diverses, son acoustique "douteuse", voici un retour en province qui fait du bien. Le centre historique de Dinan, où se trouve le théâtre des Jacobins, est magnifique. En arrivant devant la salle, nous tombons sur Christian en train de discuter avec le valeureux organisateur de la soirée. L'ambiance est détendue et propice aux échanges : L'Olympia, l'enregistrement de Zëss, Douarnenez 1992...
Quand nous revenons, une heure plus tard, la salle est déjà bien remplie. L'accueil est convivial et bien éloigné de la paranoïa urbaine... Philippe Dardelle est là, en voisin. La salle se comble peu à peu et les 528 places sont presque toutes occupées. 
Le quintet va délivrer deux sets généreux devant un public attentif et concentré. Je n'avais pas entendu Eric Prost depuis 2002 et son arrivée élargit le spectre sonore de la formation avec un joli brio. Les deux solistes, Jean-Michel Couchet toujours fidèle au poste, se relaient dans les chorus après avoir exposé le thème ensemble. Leurs tessitures se complètent et chacun explore l'âme coltranienne selon son propre cheminement intérieur, pouvant s'envoler sur la dense trame rythmique proposée par le trio. 
Constamment en mouvement, Emmanuel Grimonprez est l'épine dorsale de cette musique. Un rôle qui pourrait sembler ingrat, parfois, mais tellement fondamental... 
Laurent Fickelson prend visiblement du plaisir sur scène. Il assure avec un bel esprit les parties de McCoy Tyner, distillant ses interventions au gré de son inspiration mais toujours dans le respect de l'intention originelle. 
Dire que Christian Vander aime "jouer" cette musique est sans doute en deça de la vérité. Il la vit, avec cette intensité, cette démesure qui n'appartient qu'à lui. Toujours sur le fil, à l'écoute, guettant l'ouverture, la batteur est totalement au service de la musique de son maître, servant l'oeuvre coltranienne avec un engagement qui n'a pas faibli avec les années.
Afro Blue, India, Naïma, My Favorite Things, Transition, Lonnie's Lament, pour n'en citer que quelques-uns, se succèdent avec cette même exigence de respect et de musicalité.
Le public salue chaleureusement le quintet qui s'éclipse après sa première prestation en province.

Remercions l'association Jazz en Place et son mentor Patrick Jouannic pour cette belle soirée. On sent ici un véritable respect des musiciens et du public. Depuis 13 ans, l'association organise un festival en Août, dont voici quelques noms glannés au fil des ans : Simon Goubert, Emmanuel Bex, Jacques Pellen, Philippe Dardelle, Ricky Ford, Jean My Truong...

(p.s. personnel : merci au correspondant local de Ouest France qui, une fois accompli son labeur photographique, au bout de quelques morceaux, me légua sa place idéalement située pour que je puisse prendre de bons clichés ! Sympa et rare !)





19 commentaires:

  1. Euh, très bien, mais sinon c'est "afro blue" ( et non "blues" !)
    Jean-François

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis meilleur en kobaïen, j'avoue ! ;-)

      Supprimer
  2. Très bonne chronique Jean Christophe,
    qui donne envie de continuer à tout le monde ..
    petite remarque, le festival existe depuis 13 ans cette année ...

    RépondreSupprimer
  3. Bref: BZH for ever
    :o)

    Dersü

    RépondreSupprimer
  4. Ayant grandi à Dinan, je suis très très frustré de ne pas avoir pu y aller ! (une saleté de concours me bloquant sur paris)
    Merci pour ce compte rendu!
    Vue la discussion d'avant concert, il faut comprendre que le prochain cd sera zess et non theusz hamtaak ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il n'a jamais été question d'enregistrer T.H. à ma connaissance.

      Supprimer
    2. Ok ! Ça peut paraître étonnant, vue la mise en avant du titre ces derniers temps.
      Mais ce n'est pas pour me déplaire. Même si j'ai vraiment redécouvert TH en concert, ce n'est pas ma compo préférée. Et puis zess est encore assez mystérieux. D'ailleurs, qui sera à la batterie ? Vander ? Un invité (Philippe Gleizes, Yoann Serra ?) ? Ou pourquoi pas Jérôme Martineau tant qu'on y est! (proposition un poil improbable, j'en conviens)
      Ou alors sans batterie (vander ayant plusieurs fois souligné qu'elle n'avait qu'un rôle timbral et pas vraiment de place dans la composition) ?

      Supprimer
    3. Rien n'est tranché, nous en parlions justement avec Christian ce samedi... Pour Jérome Martineau ce ne sera pas lui.

      Supprimer
    4. Un enregistrement studio permet à une même personne de pouvoir tenir plusieurs rôles, donc qu'est ce qui empêcherai Christian d'être à la fois au chant et à la batterie ?
      Pour cette dernière fonction, elle pourrait aussi être tenue par Benoît, excellent percussionniste et dons aussi batteur, rappelez vous l'Olympia dernier...

      Supprimer
    5. Oui, effectivement ça pourrait aussi être son rôle ! Le re re c'est possible mais j'ai l'impression que CV s'en méfie depuis ER

      Supprimer
    6. Kénavo (my love bitender chüchen)

      "[...]excellent percussionniste et dons aussi batteur"

      "donc" ou "dont"?
      parce que si c'est "donc" attention à l'amalgame
      car ça n'est pas du tout le même jeu. Maintenant je n'ai ni vu ni entendu Benoît à la batterie...

      "Ou alors sans batterie (vander ayant plusieurs fois souligné qu'elle n'avait qu'un rôle timbral et pas vraiment de place dans la composition)"

      c'est possible bien qu'à mon oreille (relative) elle apporte aussi un côté énergique. par exemple entre la version triton Vol4 et Les Voix les "Doidanl'nez "...
      En tout cas celui qui va s'y collé devra bien maîtriser car quand elle est quand même assez coton cette partie, au vu de ce que donne Antoine Paga.
      Du moins il me semble que ça ne soit pas un réel simple "pou tsi poupou tsi poupou..." (et déjà à tempo presto faut avoir la cheville très souple ) avec en plus un remplissage caisse claire/charley un peu vicieux , du genre l'un binaire l'autre ternaire je crois ... ~?~
      Bref , pour le studio , ça peut être en effet Le Chris,mais en live ...? J'aime bien Philippe Gleizh car il a en + une personnalité sur scène troublante de ressemblance avec qui on sait ;o)
      Mais bon paraît que pour Offering (à Cenon) y'avait + qu'une histoire de date avec Caillou...une fâcherie quoi :(
      Puisse-t-il y avoir rékonciliation depuis
      ~°~

      Muzikal(m)ement
      Dersü

      Supprimer
    7. C'est bien "donc", erreur de frappe, la phrase eut été meilleure sans ce "donc".
      Oui, c'est différent (batterie et percu) mais les deux restent bien des instruments de percussions. Et souvent les percussionnistes sont aussi batteurs et inversement, j'ai en mémoire un fantastique jeune percussionniste autrichien dans une performance très impressionnante de batterie, vibra et percu lors d'un concert classique de musique contemporaine, vu sur Arte il y a 7 ans 10 ans ?? Je crois que le reportage commençait sur un thème de Xenakis.
      En tout cas, je reconnais sans difficulté n'avoir aucune connaissance technique, pour autant, après l'avoir vu pendant des balances d'avant concert ou lors de celui de l'Olympia, Benoît tient sans difficulté les baguettes et pourrait très bien les tenir sur disque ou sur scène, après, l'important n'est pas là et j'ai franchement hate de découvrir sur scène et sur platine ce que nous prépare notre alchimiste pour nos petites oreilles...

      Supprimer
    8. Bonjour,
      "Et souvent les percussionnistes sont aussi batteurs et inversement"
      C'est justement ça que je voulais souligner : non ça n'est pas automatique , il y a des compétences bien différentes à acquérir et un jeu d'où un rôle dans la musique tout aussi spécifique.
      Maintenant si Benoît a appris et pratique les 2 c'est en effet une aubaine.

      fin d’aparté ;o)
      Muzikal(m)ement
      Dersü

      Supprimer
    9. PS aparté bis ultima :
      1/
      "j'ai en mémoire un fantastique jeune percussionniste autrichien dans une performance très impressionnante de batterie, vibra et percu lors d'un concert classique de musique contemporaine"

      Oui :o)
      mais il faut aussi savoir que dans le cursus classique d'un conservatoire, en générale si l'on veut faire la batterie, on commence par les percussions classiques: les oreilles et les mains d'abord, les pieds ensuite...
      Et ,d'après témoignage , dans les pays d'europe du nord et de l'est ça ne chôme pas : le petit jeune prodige d’exception qui ébahit le publique français 1fois tous les 20ans, ben là bas, ils jouent tous comme ça ,toutes musiques confondues.Pourquoi ? Le froid de dehors doit pousser à travailler son instrument chez soit au chaud sans doute...
      Et dans les pays chaud et sous développés, comme me dit un collègue : du moment que tu t'arranges pour manger et dormir, le reste de la vie c'est en danse et en musique.

      2/
      Je tiens à souligner aussi que ma préférence pour P.Gleizes ne va pas seulement pour une ressemblance physique mais bien musicale : à mes oreilles et yeux il est moins démonstratif que Y.Serra,qui a une technique irréprochable, mais est plus dans la fougue et la transe dans ce que la musique d'Offering (Coltrane?) propose.
      Question de maturité sans doute...

      3/
      Pour la BZH c'est pas la 1ère fois que je constate que la programmation culturelle ose prendre + de risque que dans les autres provinces...

      Muzikal(m)ement, merci de votre patience
      Dersü
      (si vous avez réussi à me lire jusque là vous pouvez balancez vos lunettes...dirait l'autre)

      Supprimer
    10. Je suis parfaitement de ton avis pour pour Gleizes ! Il y a aussi un son qui est parfaitement adapté pour la musique de CV. Dommage pour la brouille, j'espère que c'est pas trop grave, ils avaient l'air particulièrement proches.

      (après, en ayant en tête diverses versions de Zess, j'ai l'impression que le son était plutôt serré sur la batterie : Est-ce un choix de CV ou une conséquence du jeu des divers batteurs qui l'ont joué ?)

      Supprimer
    11. Bonjour,
      "Dommage pour la brouille, j'espère que c'est pas trop grave, ils avaient l'air particulièrement proches."

      Je n'ai pas préciser avec "qui" il y a eu désaccord ...et ne le ferais pas ;o)
      Mais oui espérons qu'un bécard s'insère dans la mesure pour réparer l'altération passée.

      Qu'entendez-vous par "Son serré sur la batterie" ?
      Dersü

      Supprimer
  5. A vrai dire je m'en doutais un peu !
    Mais tout de même, je suis curieux. Quand commencera l'enregistrement ? Tu as une idée?

    RépondreSupprimer
  6. Tiens, que devient Alain 'Doudou' Weiss ? N'était-il pas le 1er Héraut d'arme de Zess ? Une invitation dans la gravure éternelle serait bienvenue ?

    RépondreSupprimer